"Ne pars pas sans moi", Gilly Macmillan



Bon, chers lecteurs, je vous présente aujourd'hui un bouquin dangereux pour votre sommeil, un roman qui va vous rendre complètement asocial, bref, une excellente lecture !

La quatrième :

Par un joyeux dimanche, Rachel et son petit garçon de 8 ans se promènent en forêt. Désirant plus que tout être une bonne mère, et soucieuse de l'indépendance et de l'autonomie de son enfant, Rachel l'autorise à partir quelques mètres devant elle pour aller jouer. Arrivée au bout du chemin, l'angoisse la saisit : Ben a disparu.


Après une conférence de presse catastrophique, médias et réseaux sociaux se déchaînent. Pour eux, Rachel est responsable de la disparition de son enfant. Pourquoi n'a-t-elle pas veillé sur lui ? Comment se fait-il qu'elle ait du sang sur les mains ? Pendant que la police se lance dans une véritable course contre la montre pour retrouver Ben, Rachel se débat entre la culpabilité, le désespoir et la peur.


Rongée par le doute, assaillie par la violence de ceux qui la croient coupable et tandis que la moindre de ses certitudes s'écroule, elle ne sait plus quoi faire. Attendre patiemment que les forces de l'ordre lui ramènent son fils ou suivre son instinct et partir elle-même à sa recherche ?

Voilà, le décor est planté. En général, je recule devant les histoires concernant les enfants (oui, je suis trop sensible), mais là, une force m'a poussée à commencer ce livre, et je ne l'ai lâché que deux jours plus tard. J'ai lu sur le quai de la gare, dans le train, à ma pause déjeuner, assise à côté de la baignoire de mes minis lecteurs, en cuisinant, bref, quasi en marchant.

Je l'ai terminé tard dans la nuit, et je n'ai pas été déçue ...;Sans rien spoiler, le suspense est incroyable, c'est bien écrit (souvent, les polars sont moins littéraires), le personnage de Rachel est très fort, et on se met à suspecter tout et tout le monde avec elle.

Comme de plus en plus souvent dans ce genre de romans, on trouve aussi de faux articles de journaux, fausses pages de blog, faux commentaires Facebook, l'occasion de s'interroger sur les réseaux sociaux, leur pouvoir et surtout l'horreur de tous ces commentaires assassins, traitant Rachel de mauvaise mère, l'accusant de tous les maux, sans aucune pitié ni retenue, sans rien connaître de l'affaire, un torrent de haine qui se déverse sur Internet, et qu'une mère dévastée par la perte de son enfant doit se prendre en pleine figure ...

Malgré cela, mon hypersensibilité n'a pas trop souffert, car pour un polar, il n'est pas trop trash ("Chanson douce" de Leila Slimani, l'est beaucoup plus).

Je n'ai plus été happée comme cela par une histoire depuis très longtemps....

Bref, lisez-le !





"Ne pars pas sans moi", Gilly Macmillan, Les Escales, 2016

Commentaires

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...