"En attendant Bojangles", la folie douce-amère



"En attendant Bojangles" est un premier roman dont on parle partout, le genre de phénomène de librairie qui, par le bouche à oreille, s'amplifie et fait que, forcément, on craque, et on l'achète.

Pour moi, ce fut le jour où ma ma librairie en a fait une vitrine entière, avec du velours rouge, des petits mots "on adore !" remplis de points d'exclamation et des exemplaires partout.

Du coup, j'en avais une attente énorme, du coup, j'ai été déçue ...

L'histoire, la voici :



Vendu comme un "roman de l'amour fou", le bouquin m'a d'abord séduite par son écriture.
La voix de ce petit garçon qui observe le ballet de ses parents, leur folie plus ou moins douce, leurs excentricités qui apportent une touche de magie à sa vie à lui est originale, et c'est bien écrit.

Le roman est assez court et, après quelques pages, je me suis (déjà) lassée de cette folie, je ne l'ai plus trouvée ni magique, ni romanesque, mais horripilante et dangereuse, j'ai pensé comme un parent raisonnable, je n'ai pas laissé la magie m'envahir, j'ai réagi avec horreur, comme l'instit du narrateur, comme ces gens qui ne comprennent pas. J'ai pensé "mais non, ils ne vont pas faire ça", j'ai levé les yeux au ciel,  "oh mon dieu, après ça il en a pour 15 ans de psy, le gamin".

Comme une rabat-joie ...

Plus la mère s'enfonce dans la folie, plus la fin dramatique semble inéluctable, mais, sans la dévoiler, elle m'a révoltée. Je n'ai pas compris, je n'ai pas accepté ce que l'excuse de "l'amour fou" fait faire aux personnages.

Je suis restée rationnelle, de marbre, certaines figures comme celle de l'Ordure ne m'ont vraiment pas plu, et je n'ai pas réussi à être en empathie avec le propos de l'auteur.

J'ai apprécié l'écriture et le début du livre, mais pas l'histoire, finalement, et j'ai du mal à comprendre l'engouement autour de ce roman, qui est, objectivement, un bon roman, mais pas si exceptionnel ....






Et vous, l'avez-vous lu ? Que pensez-vous de cet engouement ? Mérité ?


"En attendant Bojangles", Olivier Bourdeaut, Finitude, 2016

Commentaires

  1. Je l'ai acheté car ce roman était partout, je m'attendais à un coup de coeur et comme vous j'ai été déçue pour les mêmes raisons, un petit roman qui se lit bien mais ses folies m'ont agacée plus qu'elles m'ont émue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien résumé : de l'agacement, voilà ce que j'ai ressenti... Contente de voir que vous partagez mon avis ! Bienvenue sur ce blog !

      Supprimer
  2. Avec moi ça a marché, mais je n'en avais pas entendu parler et je n'en attendais rien de particulier. Un brin de fantaisie, de temps en temps, ça passe. Mais je comprends tes arguments!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé la fantaisie trop déprimante ici ...

      Supprimer
  3. Second avis mitigé que je lis sur ce roman... une lecture qui attendra un peu alors!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. où as-tu lu une autre déception ? pour ma part, je ne vois que des critiques enthousiastes ...

      Supprimer
  4. Ce roman ne me tente pas, et ta chronique m'ancre dans mon opinion. Mais il m'a fait découvrir la magnifique chanson de Nina Simone! :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rooh, honte sur moi, je n'ai même pas été écouter ...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un petit mot ;-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...