"Tu sais, parfois, je me demande s'il n'y a pas quelqu'un qui prend possession de toi."


Depuis "No et moi", en 2008, je ne rate jamais un livre de Delphine de Vigan. Elle a pris place parmi les quelques auteurs dont je lis tout, dont je guette la sortie du prochain roman, dont je dévore la prose; avec Laura Kasischke et Kate Atkinson (tiens, que des femmes !).


Comme beaucoup de monde, son précédent livre "Rien ne s'oppose à la nuit", m'avait marquée, m'avais happée, j'avais adoré l'histoire et l'écriture. Elle m'avait semblé aller plus loin dans son talent, dans sa maîtrise, ce livre était une pépite. Et, comme beaucoup de monde sans doute, je m'étais précipitée sur notre ami Google pour faire des recherches sur cette Lucile, sur la famille de Delphine de Vigan, pour "savoir ce qui était vrai".

Et c'est là l'enjeu de ce roman-ci, qui raconte l'histoire de Delphine, qui a connu un énorme succès avec son roman "Rien ne s'oppose à la nuit", et qui ne s'en remet pas, pour ainsi dire. Qu'écrire après cela ? lui demande-t-on. Apparemment, rien. Elle bloque. Jusqu'au jour où elle rencontre L., femme fascinante, tout le contraire d'elle, élégante, soignée, grande gueule, pleine de confiance en elle. Cette femme va s'immiscer dans sa vie, petit à petit, et en prendre le contrôle, jusqu’à isoler Delphine de tous, jusqu'à répondre à sa place à son courrier. L. a une idée bien précise sur ce que doit être le prochain roman de Delphine ... mais jusqu'où ira-t-elle pour que Delphine l'écrive ?

La narratrice ressemble en tout point à l'auteur (même son compagnon est reconnaissable), et le jeu ici est de démêler le vrai du faux, entre mille détails qui ne le sont sans doute pas (son adresse, ses enfants jumeaux, ...). Le récit est celui d'une emprise, d'une manipulation, d'une amitié perverse. Petit à petit, on se prend à redouter L., à avoir peur pour Delphine, et le roman prend des allures de thriller sur sa dernière partie.

Le point final vient achever le lecteur et le mettre dans le doute : qui, finalement a écrit ce livre ? ...

On a alors envie de relire le bouquin, de rassembler les indices pour mener l'enquête sur cette L. , initale d'un prénom, ou faut-il entendre un abstrait "Elle" ? 

Finalement, existe-t-elle ? Est-ce Delphine elle-même ? 

Pour moi, la phrase mise en quatrième de couverture recèle un indice :



Delphine de Vigan, en interview, prend soin de rester floue, malgré la question qui revient tout le temps : est-ce une histoire vraie ? Elle répond que L. " a existé, sous une forme ou sous une autre" , et pour moi, cela révèle tout. Mais chacun a son interprétation, et c'est fascinant !

Au-delà de l'histoire, Delphine de Vigan écrit une mise en abîme très intéressante sur la littérature d'aujourd'hui, et le fait que le lecteur soit attiré par les histoires vraies, et cherche à savoir ce qui est réel dans un récit. Elle parle de la mode aujourd'hui de l'autofiction (il n'y a qu'à voir Angot, Reinhardt et compagnie) ou du roman basé sur un fait divers ("L'adversaire" d'Emmanuel Carrère, par exemple). Elle réussit ici, au-delà du suspense en lui-même, une fascinante réflexion sur la littérature contemporaine.

Alors, qui est L. ? Avez-vous un avis ?

Pour ma part, si je pouvais poser une seule question à Delphine de Vigan, je lui demanderais qui est la jeune fille sur les photos de la couverture .... ça m'obsède.

En bonus, un extrait, qui m'a parlé de façon plus personnelle, sur l'émotivité de la narratrice, depuis son enfance, qui est très bien décrite .


Delphine de Vigan vient de recevoir le Prix des libraires pour son livre, et ce n'est pas fini, à mon avis ... il va pleuvoir des prix sur ce "roman", un des meilleurs de la rentrée littéraire (LE meilleur, m'a affirmé une libraire).

Si vous hésitez encore, n'attendez plus, foncez le découvrir ! 



Commentaires

  1. Comme toi, j'adore les textes de Delphine de Vigan, et j'ai trouvé celui-ci aussi intelligent que passionnant !
    Et en ce qui concerne la jeune fille sur la couverture, je l'ai entendue dire qu'il s'agissait d'un éditrice ou d'une personne travaillant en tout cas chez son éditeur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh, un indice !!! la fameuse "nègre", peut-être ? tu as entendu ça où ?

      Supprimer
    2. Je ne m'en souviens plus. Peut-être bien sur France Culture, dans Les bonnes feuilles, ou dans une des autres nombreuses émissions auxquelles elle a participé au moment de la sortie de son roman...
      Je crois que ça l'amusait de jouer sur une représentation qui lui ressemblait mais n'était pas elle. Bien dans l'esprit du livre, en fait !

      Supprimer
  2. J'attends de lire "Rien ne s'oppose à la nuit" que j'ai reçu en cadeau à sa sortie et que je n'ai toujours pas pris la peine de lire :-// Il y avait pas mal d'avis mitigés sur ce dernier titre... Mais je vois que tu l'as autant apprécié que le précédent. J'ai aussi Les heures souterraines chez moi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, "Rien ne s'oppose à la nuit" est un grand grand livre, je l'ai dévoré, pas moyen de relever le nez de ce bouquin ....

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un petit mot ;-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...