La petite fille sur la banquise, Adélaïde Bon



Pas facile de parler de cette lecture coup de poing, de ce livre-choc, de ce témoignage poignant ...

Comme beaucoup, j'ai été touchée par le passage d'Adélaïde Bon à l'émission "La grande librairie" (la vidéo est en fin d'article), où elle parlait, avec courage et dignité, de ce viol qu'elle a subit enfant, et de ses "méduses" qui lui ont gâché la vie depuis, de sa reconstruction.

J'ai hésité à lire son livre, à cause de mon hypersensibilité, de mon besoin de me protéger de toutes les horreurs dont les infos quotidiennes nous inondent, mais elle m'avait tant touchée, et son livre avait l'air d'avoir, en plus, de telles qualités littéraires, que j'ai fini par l'acheter.

Je me suis plongée dedans une après-midi, et je l'ai lu d'une traite. Impossible de le reposer pour passer à autre chose ...

Ce n'est donc pas un roman : Adélaïde Bon raconte, d'abord en se distanciant avec le "elle", puis par le "je", ce qui lui est arrivé, à 9 ans. Rentrée de l'école, elle est violée dans l'escalier par un inconnu. Pendant des années, elle aura minimisé ce traumatisme en "simple" attouchement, jusqu'au jour où elle apprendra qu'il s'agit, légalement, d'un véritable viol.

La petite Adélaïde cache, derrière une joie de vivre apparente, sa souffrance : elle grossit, elle se fait vomir, elle se frappe, elle s'isole. En grandissant, elle ne ressent aucun désir ni plaisir avec ses amoureux. Elle s'anesthésie par la drogue, l'alcool, la pornographie. Elle suit des thérapies, essaie tout et n'importe quoi pour tente de se sentir mieux. Pense constamment à la mort. Une vie détruite.

Jusqu'au coup de fil de la police, alors qu'elle est enceinte : ils ont retrouvé son violeur, un homme qui a abusé de nombreuses autres petites filles. C'est, pour Adélaïde,  "le plus beau cadeau de sa vie", la police ne l'a donc pas oubliée. Commence alors le procès, avec, tout au bout, l'espoir de guérison.



Ce livre est juste, nécessaire, jamais glauque ni voyeuriste, et pourtant Adélaïde Bon ne nous épargne rien. Elle se livre avec sincérité, et c'est souvent dur, évidement, mais j'ai lu son livre aussi en tant que mère, pour essayer de protéger ma fille, si c'est un tant soit peu possible. Tous les parents, tous les psys, toutes les infirmières scolaires, tous les profs devraient lire ce témoignage, pour pouvoir repérer un enfant abusé, un enfant qui va mal.  C'est un livre important et nécessaire.

C'est aussi, plus qu'un témoignage, un texte littéraire, très bien écrit, ce qui lui ajoute encore de la valeur. J'ai été profondément bouleversée par cette "petite fille sur la banquise", et je ne peux que vous en conseiller la lecture.






"La petite fille sur la banquise", Adélaïde Bon, Grasset, 251 p. ,2018

Commentaires

  1. comme toi son passage à la Grande Librairie m'a touchée et je compte lire son témoignage très bientôt

    RépondreSupprimer
  2. Je n’ai pas vu son intervention dans La grande Librairie mais je l’ai vu sur Instagram et il me donne très envie ! Ta chronique est très touchante ��... elle m’en donne encore plus envie de le lire .., merci pour ces jolis mots au pouvoir si intense ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup pour ce gentil commentaire !

      Supprimer
  3. Une fois de lus, tu trouves des mots outre donner envie. Malgré le sujet plus que dur. Bravo pour cette chronique qui n'a pas dû être évidente à rédiger !

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte, un enchantement. blog très intéressant et bien construit. Vous pouvez visiter mon univers. Au plaisir

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un petit mot ;-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...