L'homme est un dieu en ruine, Kate Atkinson



La quatrième :

"Teddy a vingt ans lorsqu'il s'enrôle en 1940 comme pilote de bombardier. Vite promu commandant d'Halifax, lui et son équipage vont connaître quatre années d'horreur et d'héroïsme où chaque mission risque d'être la dernière. 
Il va pourtant vivre jusqu'à plus de quatre-vingt-dix ans sans jamais complètement accepter l'idée d'avoir survécu et avec une obsession : ne plus faire de mal à personne. Le formidable pilote va donc épouser celle qui l'attendait, devenir père puis grand-père tout en se frayant un chemin au milieu des périls et des progrès du xxe siècle. "


Deuxième volet de son diptyque sur la seconde guerre mondiale, (le premier, "Une vie après l'autre", explorait les 1001 vies d'Ursula, la soeur de Teddy), ce roman mélange habilement les genres entre roman de guerre et chronique familiale. Kate Atkinson nous balade entre plusieurs époques, on passe de 1925 à 2012 puis retour en 1947, sans jamais nous perdre.

C'était pour moi un plaisir de retrouver les personnages de "Une vie après l'autre", hauts en couleurs, et  j'ai adoré Viola, la fille de Teddy, qui est pour moi "le " personnage type des romans de Kate Atkinson, un peu paumé, un peu aigri, plein d'humour sarcastique. Par ce personnage, l'auteur nous conte les relations familiales difficiles, les liens parents-enfants, ce qui est un aspect qui m'a bien plus intéressée que celui de la guerre. J'ai lu tous ses romans, et à chaque nouveauté, j'ai envie de me replonger dans les précédents, on peut les relire à l'infini sans se lasser ...

Je me suis donc plongée dans "L'homme est un dieu en ruines" comme dans un cocon, retrouvant des personnages aimés, riant de l'humour "so british" d'Atkinson, et m'émerveillant de sa capacité à me tenir émerveillée, plongée dans son intrigue. Par contre, j'avoue avoir sauté plusieurs pages des chapitres sur les missions de Teddy, la partie "roman de guerre", qui n'e m'a guère passionnée.

Difficile d'écrire une chronique claire et concise sur ce livre, qui peut paraître un peu confus, mélangeant les genres, les époques, et si foisonnant. Cest juste un régal de lecture, et il faut lire Kate Atkinson, c'est décidément l'un des plus grands auteurs de notre époque ...


"L'homme est un dieu en ruine", Kate Atkinson, JC Lattès, 2017

Commentaires

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...