"Dans le jardin de l'ogre", ou l'addiction sexuelle au féminin



Premier roman de Leïla Slimani, l'histoire est celle d'Adèle, 35 ans, un petit garçon de 2 ans, un mari médecin, un job de journaliste. Elle a tout. Le confort, l'amour, les amis, l'argent, la maternité. Elle a l'air sage, Adèle.

Mais sous la surface, se cache l'addiction. Le désir jamais assouvi, les pulsions qui dorment en elle et soudain prennent le dessus. Vite, il lui faut un homme, n'importe lequel, n'importe où, adossée à une poubelle, dans une station de métro, un inconnu, un voisin, un ami de son mari, même.


Une semaine qu’elle tient. Une semaine qu’elle n’a pas cédé. Adèle a été sage. (...)
Mais cette nuit, elle en a rêvé et n’a pas pu se rendormir. Un rêve moite, interminable, qui s’est introduit en elle comme un souffle d’air chaud. (...)
Sous la douche, elle a envie de se griffer, de se déchirer le corps en deux. Elle cogne son front contre le mur.Elle veut qu’on la saisisse, qu’on lui brise le crâne contre la vitre. (...) Elle voudrait n’être qu’un objet au milieu d’une horde, être dévorée, sucée, avalée tout entière. Qu’on lui pince les seins, qu’on lui morde le ventre.
Elle veut être une poupée dans le jardin d’un ogre.

A
dèle flotte en surface : l'amour qu'elle port à son fils trouve ses limites quand il lui en "demande trop", son mari est un compagnon qui lui offre à la fois la façade de la respectabilité et une île de paix à rejoindre, entre deux excès de chair, entre deux angoisses de vide. Adèle s'offre au premier venu, quand le désir la rend folle et prend possession de son âme. Mais elle n'est jamais rassasiée, tout est toujours trop doux, trop routinier. Elle rêve de violence, de viol, de meurtrissures, de bleus à l'âme et au corps. Chaque amant souffle un peu sur sa flamme, sans jamais l'éteindre tout à fait.

Adèle joue avec le feu, néglige son enfant, ment à son mari, délaisse son boulot, pour s'enfoncer toujours plus loin et plus fort dans les situations glauques et extrêmes, frôlant le danger, comme celle, hallucinante, où elle demande à deux hommes de la frapper, jusqu'à le déchirer, pour enfin ressentir quelque chose d'assez fort pour elle ...

Cette addiction la bouffe, au point de la rendre froide, un monstre d'égoïsme, comme lorsqu'elle apprend l'accident de la route de son mari, et songe au champ libre que ça aurait pu lui laisser, s'il ne s'en était pas sorti :


À une veuve, on pardonne beaucoup de choses. Le chagrin est une excuse extraordinaire. Elle pourrait, tout le reste de sa vie, multiplier les erreurs et les conquêtes, et l’on dirait d’elle : « La mort de son mari l’a brisée. Elle n’arrive pas à s’en remettre. »


Premier roman donc, pour Leïla Slimani, récemment primée d'un Goncourt pour "Chanson douce" sur un sujet rarement abordé : l'addiction sexuelle au féminin. J'ai dévoré ce ce livre en deux petits jours, subjuguée par la descente aux enfers d'Adèle, par son angoisse et son malheur, et aussi par cette très belle écriture.

C'est cru sans réellement choquer, les mots claquent, les situations sordides s'enchaînent et nous dévoilent un beau portrait de femme dévastée, qui se noie lentement dans sa propre maladie. Car c'est bien d'une maladie que souffre Adèle, jamais rassasiée, jamais en paix, avec elle-même ni avec les autres ...

Arrivée à la fin, j'ai repensé à la rencontre d'il y a quelques jours ... J'aurais eu quelques questions supplémentaires, si je pouvais la revoir ... 



"Dans le jardin de l'ogre", Leïla Slimani, Folio, 2015

Commentaires

  1. Je ne l'ai pas tellement apprécié ce roman. Je l'ai trouvé fort crû (mais bon, c'est le sujet), mais je n'ai pas aimé le personnage d'Adèle. Je n'ai pas eu d'empathie, mais plutôt de la pitié pour elle. Et puis la fin m'a clairement laissé dubitative et pleine de questions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Adèle n'est pas un personnage sympathique, ça c'est sûr ... Et je pense que le sentiment qu'elle inspire est du dégoût ou de la pitié si on considère son trouble pour une réelle maladie ... La fin est assez ouverte effectivement.... ça fait partie des questions que j'aimerais poser à l'auteur !

      Supprimer
  2. il me tente beaucoup et je l'ai dans ma Pal. J'espère avoir le temps de le lire très vite

    RépondreSupprimer
  3. J'ai aimé, sans adorer, Chanson douce. Mais depuis sa sortie, celui-ci me tente sans que je ne franchisse le pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est en poche, c'est un bon argument ;-)

      Supprimer
  4. Ce livre me tentait pas jusqu'à ce que je lise "chanson douce" son nouveau qui fut un coup de cœur pour moi. Je pense donc me le procurer très vite :)

    RépondreSupprimer
  5. Le sujet n'est pas des plus faciles ! L'auteur semble aimer les histoires qui dérangent... Je commencerais plutôt avec "Chanson douce" je crois !

    RépondreSupprimer
  6. Pour le coup, je suis hyper intriguée ! Je n'avais pas entendu parler de ce roman, et sans conteste, il me tente beaucoup (ma WL ne te remercie pas !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, mais mon but n'est pas du tout de diminuer la taille des wish lists ;-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un petit mot ;-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...