"Un goût de cannelle et d'espoir", Sarah McCoy


Ce livre-là, ça fait un bout de temps qu'il me tentait en librairie, ensuite, quand j'ai fini par l'acheter, il a passé plusieurs semaines dans ma PAL, à attendre sagement son tour.

La faute à la rentrée littéraire, aux nouveautés chipées au boulot et que je dois lire assez vite pour ne pas pénaliser les usagers de la bib' (oui, je suis une bibliothécaire modèle), mais pas seulement.

Dans ce contexte post attentats, mon hypersensibilité est un peu mise à mal. Je ne regarde déjà plus beaucoup les infos, j'ai arrêté de lire des polars plein de sang et d'horreur, mais je ne suis pas à l'abri d'une sombre connasse (pardon) qui trouve utile de poster sur Facebook des horribles photos de faits divers, et d'ainsi me traumatiser pour plusieurs jours. J'essaie de me préserver un peu, je fais l'autruche de temps en temps, j'évite mon ennemi Google Actualités et certains sites qui, alors que je veux juste savoir les grandes lignes de ce qu'il se passe dans le monde ou le dernier potin façon Voici, me mettent sous le nez des faits divers dégueulasses. La magie d'Internet, où l'on est au courant de toutes les horreurs du monde, qu'on le veuille ou non.

BREF, me direz-vous, je blablate, revenons à ce roman. De par son sujet, je l'ai évité un temps, de peur de me retrouver à pleurer dessus. Mais de quoi ça parle ?

La quatrième :

Allemagne, 1944.  Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa sœur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l'armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d'insouciance. Jusqu'à cette nuit de Noël, où vient toquer à sa porte un petit garçon juif, échappé des camps... 
Soixante ans plus tard, au Texas, la journaliste Reba Adams passe devant la vitrine d'une pâtisserie allemande, celle d'Elsie... Et le reportage qu'elle prépare n'est rien en comparaison de la leçon de vie qu'elle s'apprête à recevoir.


Divisé entre les deux époques, 1944 et 2007, entre l'Allemagne nazie et le Texas, ce roman fait bien sûr penser à celui de Tatiana de Rosnay, "Elle s'appelait Sarah", qui lui, traitait de la rafle du Vél d'Hiv, et qui m'a laissé de grands souvenirs de lecture ...

Je me suis laissé emporter par "Un goût de cannelle et d'espoir", par Elsie et son courage, avec cet enfant juif qu'elle cache, et j'ai aimé lire une histoire qui, finalement, se passe du point de vue d'allemands contemporains du nazisme, qui ne se rendent pas compte de ce qu'il se passe dans les camps, et qui finissent par craindre davantage leurs compatriotes S.S. que ces Alliés dont ils sont censés être les ennemis. Les chapitres se déroulant en 1944 sont passionnants, mais, hélas, ceux qui se passent en 2007 paraissent bien fades à côté et le personnage de Reba ne m'a pas paru suffisamment attachante. Ses déboires sentimentaux ne m'ont guère passionnée, et j'étais pressée de changer d'époque et de chapitre. Malgré un parallèle intéressant entre les juifs de 1944 et les immigrés clandestins des USA, via le petit ami de Reba, les chapitres de 2007 ne m'ont pas paru aussi bons ...

Reba rencontre Elsie au Texas, et elles deviennent amies, mais le résumé, qui laissait entendre que "le reportage qu'elle prépare n'est rien en comparaison de la leçon de vie qu'elle s'apprête à recevoir" m'a laissée sur ma faim, car Elsiene révèle rien de son histoire, ou à peine. Je pensais que Reba allait connaître les détails de la vie Elsie, mais non, elles papotent, elles mangent des pâtisseries, et c'est tout à la fin, en quelques lignes, que Reba apprend un peu de l'histoire tragique que le lecteur a passé 500 pages à découvrir. Du coup, où elle la "leçon de vie" ? Ou alors, j'ai loupé quelque chose ?

C'est donc, pour une fois, un avis en demi-teinte, sur ce blog ...

Je ne chronique pas tous les livres que je lis, et je ne vois pas l'intérêt de vous parler de ceux que je n'ai pas aimés : mon but ici est de faire découvrir de bons romans, anciens ou récents, peu importe, tant que je les ai aimés.

"Un goût de cannelle et d'espoir" a été une bonne lecture, mais me laisse clairement sur ma faim, je m'attendais à beaucoup mieux en ce qui concerne les chapitres au présent, à plus de profondeur en fait ...

L'avez-vous lu ? Je suis curieuse de connaître vos avis !


"Un goût de cannelle et d'espoir", Sarah McCoy, Pocket, 2015 




Commentaires

  1. je garde un très bon souvenir de ce roman lu il y a qq mois ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai lu il y a une semaine et j'ai plutôt bien aimé même si comme toi l'histoire de Reba ne m'a pas passionnée.
    Et tout ce que tu dis au départ sur les médias, je le comprends parfaitement, c'est bien pour ça que je ne les écoute plus et que je ne vais pratiquement plus sur FB (j'en ai parlé sur mon blog ici, http://jelydragon.blogspot.fr/2016/10/mon-boycott-des-medias.html)

    RépondreSupprimer
  3. Ma soeur m'a parlé de ce livre ! Elle était très intéressée! Je crois que je vais le lui offrir pour Noël, même avec ton avis mitigé! Je pense clairement qu'il pourra lui plaire! Ce sera l'occasion pour moi de le lire par après ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il a plu à beaucoup d'autres, et j'ai aimé quand même, mais j'en attendais bien plus !

      Supprimer
  4. Mon avis rejoint globalement le tien, ce livre m'a déçue...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un petit mot ;-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...