"La différence invisible", une jolie BD sur le syndrome d'Asperger


Après une semaine de repos (forcé) pour le blog, suite aux vacances scolaires (et à mes deux petits lutins excités par Halloween et dopés au sucre), me voici de retour avec, pour une fois, une BD.

Je ne lis pas souvent de BD (ou alors Jojo, j'ai un faible pour Jojo, je trouve ça trop choupi), mais j'ai vu celle-ci passer au boulot et elle m'a interpellée.

Marguerite est une jeune femme presque comme les autres. Elle a un emploi, un copain, un chat, un appartement. Mais Marguerite est hypersensible à tout, aux bruits, aux lumières, et a besoin de suivre ses rituels pour se sentir bien. Un imprévu l'affole, une soirée en société la terrifie, elle ne comprend pas les blagues de ses collègues et aime manger seule avec son livre ou sa musique. Le second degré, les codes sociaux, lui échappent pourtant elle n'a pas de déficience intellectuelle. Son petit ami se lasse du besoin de solitude de Marguerite et ses amis ne la comprennent pas.




Marguerite découvre, après quelques recherches et essais infructueux de psys, qu'elle souffre du syndrome d'Asperger.




Elle se sent soulagée d'être reconnue dans sa différence, et rencontre des gens comme elle, ainsi qu'un bon psy (enfin) capable de l'aider. Elle va ainsi suivre un cheminement et faire le tri dans sa vie, afin de mieux vivre avec sa "différence invisible".

Les couleurs de la BD sont sombres, du noir et blanc, du gris, comme pour exprimer la morosité de Marguerite et son désespoir, puis, au fil de son cheminement, les couleurs apparaissent, d'abord par touches, puis envahissent toutes les cases vers la fin, lorsque Marguerite s'accepte et apprend à vivre avec sa particularité.

L'auteur a adapté sa propre histoire et la BD, en plus de nous toucher via Marguerite, s'attache à nous informer sur cette maladie peu connue et fort mal détectée : à la fin, quelques pages font le point, sous forme de questions-réponses, sur ce syndrome.

Marguerite est très attachante et j'ai adoré me plonger dans son histoire, lue d'une traite, et qui m'a beaucoup éclairée sur ce syndrome, sur lequel, comme nous tous, j'avais pas mal de préjugés.

Je vous conseille donc la lecture de cette petite perle, dont on parle baucoup sur les blogs, et qui vaut grandement la peine !

"La différence invisible", Mademoiselle Caroline et Julie Dachez, éd. Delcourt, 2016

Commentaires

  1. cette Bd me fait envie depuis un moment et avec ton avis il va vraiment falloir que je la lise ;)

    RépondreSupprimer
  2. @ Mes échappées livresques & lacourseauxmots : foncez ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Ah elle pourrait bien me plaire! Le syndrome d'Asperger, c'est pas quand on lâche des insultes sans savoir se maîtriser, entre-autres?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ça c'est le syndrome de Tourette ;-) et oui, elle pourrait bien te plaire !

      Supprimer
  4. Cette BD est géniale. En tant que concernée (puisque je suis moi-même autiste Asperger - ou "atteinte du syndrôme d'Asperger" si vous préférez) j'ai trouvé qu'elle relatait exactement ce qu'on peut ressentir au moment du diagnostic, le soulagement et en même temps l'impression que il va falloir repenser toute sa vie à partir de maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue À toi et merci pour ton commentaire !

      Supprimer
  5. Hey, c'est remoi.
    Tentant :) ... Mais la typo est grosse, elle a l'air de prendre une place qui nuit à l'esthétique de l'ouvrage. Un peu. Non ?
    Je feuilletterai ça en librairie si je le trouve.
    Bisou

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un petit mot ;-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...