"Le mystère Henri Pick", David Foenkinos




Depuis "La délicatesse",  je suis comme tout le monde, j'aime beaucoup David Foenkinos. 

Je n'ai pas tout lu de lui, je ne me jette pas d'office sur son oeuvre (d'ailleurs, je n'ai pas du tout été tentée par son fameux "Charlotte"), mais quand j'ai vu que son nouveau roman parlait de livres, d'éditeurs, de bibliothécaires et de mystère littéraire, je n'ai pas boudé mon plaisir !





Sorte de jeu de piste littéraire, le roman nous prend par la main pour ne plus nous lâcher, avec ses personnages touchants (la veuve de Pick, le critique littéraire déchu, ...) et son pitch intriguant ...

On se demande tout au long du bouquin si Pick est vraiment l'auteur du roman, on se dit mais oui, puis en fait non c'est sans doute lui, et puis finalement, Foenkinos nous prend au dépourvu. 

Enquête, histoires d'amour, critique déguisée (mais pas trop) du monde littéraire parisien, des éditeurs, du marketing, le roman pose surtout la question de ce qui fait d'un livre un best seller : pourquoi celui-là ? pourquoi cet auteur et pas un autre ? et surtout le rôle de l'éditeur là-dedans, de l'histoire autour du roman, qui prend parfois plus d'importance que l'écrit lui-même. 

Foenkinos parsème son roman de personnages réels du microcosme littéraire (Pivot, Busnel, Houellebecq, Beigbeder, ...), et place son intrigue chez Grasset (lui qui publie chez Gallimard, j'ai trouvé ça un peu tordu). Au-delà du mystère autour de Pick, le roman est une formidable réflexion sur le monde littéraire, un peu comme "D'après une histoire vraie" de Delphine de Vigan posait la question de l'importance du vrai en littérature, ce roman-ci pose celle du marketing, de ce qui fait ou non l'intérêt d'un livre et son succès.

L'écriture est agréable, et ponctuée de notes de bas de pages à propos de l'intrigue, sorte de disgression et de mise à distance rigolotes, comme souvent chez Foenkinos (ou je confond ?).

Au final, un très bon moment de lecture, à conseiller aux amateurs de mystère littéraire (et de notes de bas de pages).








"Le mystère Henri Pick", David Foenkinos, Gallimard, 2016


Commentaires

  1. On lui reprochait d'écrire le même genre d'histoires, mais j'ai l'impression que depuis ces dernières sorties, il se renouvelle! J'ai acheté celui-ci, j'ai hâte de le commencer. Et j'ai "Charlotte" à la maison aussi. Il faut que tu lises Les souvenirs, et moi, que je le voie à la tv :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai adoré "Les souvenirs", en roman et en film ;-)

      Supprimer
  2. Je ne suis pas du tout tout le monde, je n'ai pas aimé La délicatesse et je n'ai aucune envie de relire Foenkinos (surtout s'il continue à jouer avec ses notes de bas de page qui ne sont pour moi que des gadgets sans aucun intérêt littéraire) (désolée d'être aussi sèche, mais vraiment je n'aime pas !) (et je sais que je ne suis pas la seule)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, désolée Anne, c'est vrai que j'ai fait un raccourci là .... Il peut irriter, certainement ....

      Supprimer
  3. Je fais partie des gens qui ont détesté La délicatesse. Peut-être que je lui redonnerai une chance avec ce livre-là... ;-)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai beaucoup aimé "Les souvenirs", j'ai acheté son dernier roman et je compte le lire pendant les vacances.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un petit mot ;-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...